#MomentLecture : l’échec, la grande victoire de l’Homme

0
183
Nombre de vues
image échec et victoire

L’échec est généralement mal vu mais est pourtant essentiel au développement et à la réussite de nos projets. 

Nous résumons et nous approprions aujourd’hui le livre « Les vertus de l’échec » de Charles Pépin (2016). L’ouvrage nous propose de découvrir plusieurs dimensions vertueuses de l’échec accompagnées d’exemples de cas réels. Bonne lecture !

>> Découvrez nos autres articles #MomentLecture

L’échec formateur

Il n’y a pas de meilleur apprentissage que l’échec. C’est le constat que l’on peut établir après étude de ce livre. Toutes les personnes dont la carrière a été couronnée de succès ont d’abord connu l’échec. Plus encore, pour certains, l’échec est la raison principale de leur réussite future. L’auteur prend l’exemple de Rafael Nadal, aujourd’hui connu pour être l’un des meilleurs tennismen du monde. Mais cela n’a pas toujours été le cas : après s’être fait largement dominé en finale de tournoi par Richard Gasquet en 1999, il a su développer des techniques de jeu originales qui l’ont propulsées au top niveau.  Ainsi, la défaite permet de se rendre compte de ses failles et ce bilan nous permet de les corriger.

Ce dernier point nous mène vers notre prochaine dimension : l’échec permet de comprendre ses erreurs. Pour la majorité de la société française, l’accumulation d’échecs est une très mauvaise chose. C’est cependant la base de la démarche scientifique. Le livre nous cite Thomas Edison qui, par la force de son esprit, ne s’est jamais découragé après ses échecs et y voyait même une étape de plus vers son objectif. Pourquoi cela nous semble si naturel avec la méthode scientifique, mais pas dans nos projets de tous les jours ? Et si plus nous échouions plus nous avions de chances de réussir ?

L’échec est notre force

Apprendre et évoluer par ses échecs, ok. Mais encore faut-il suffisamment de force et de détermination pour les encaisser, les uns après les autres. Certaines personnes se montrent particulièrement douées pour persévérer et toujours trouver des points à améliorer.

Les deux exemples pris dans ce sens sont la chanteuse française Barbara et le basketteur américain Michael Jordan. La première s’est servie des souffrances terribles qu’elle a pu connaître durant sa vie personnelle pour écrire les chansons les plus populaires du registre français. Le sportif, quant à lui, notait chacun de ses tirs ratés durant un parcours déjà parsemé de difficultés diverses. Ces deux personnalités sont la preuve qu’il faut certes un tempérament d’acier pour supporter certains passages de notre évolution mais que les supporter peut mener au succès.

Chaque défaite est douloureuse, mais cela permet aussi de redescendre sur Terre. L’allusion typique est celle de Steve Jobs, dont vous connaissez certainement l’histoire. Steve Jobs s’est fait licencier de sa propre entreprise, ce qui lui a permis de faire un travail sur lui-même et il en est revenu plus fort, faisant d’Apple l’entreprise que nous connaissons aujourd’hui ! Les échecs sont donc sources d’humilité, valeur très importante pour rester clairvoyant.

L’échec est d’ordre naturel

Pour Freud, il n’y aurait rien de malchanceux dans l’échec. Oublier une tâche importante, une erreur de négligence lors d’un contrôle de sécurité peut être ce que l’on appelle des « actes manqués ». Ces derniers sont des messages de notre inconscient qui nous pousse à nous diriger vers notre véritable projet. Nombreux sont les artistes, écrivains, entrepreneurs qui étaient dans une toute autre branche avant de devenir ce qu’ils sont aujourd’hui.

Attention tout de même, toutes nos erreurs ne sont pas des actes manqués… Certains échecs peuvent également mener à de grandes réussites ! La pénicilline, le micro-onde ou même les chips, nombreux sont les produits inventés par erreur. Si tous ces (chanceux) inventeurs n’avaient pas échoué, le monde serait largement différent !

Dans certains pays, notamment les États-Unis, l’échec est vu comme une fierté. Il est même mis au centre de certaines campagnes de communication avec le fameux storytelling de certaines personnalités. L’auteur cite le cas de J-K Rowling, qui est certainement l’un des plus connus.

Enfin, lorsque l’on échoue, cela devient dans le futur une source de grande satisfaction. Après avoir vacillé, fait des erreurs et en avoir tiré des apprentissages, il n’y pas plus grande joie que de voir la rétrospective de ses projets.


 Découvrez Devidia

Agence web 360° sur Toulouse, Devidia est spécialisée dans la création de sites web et d’applications mobiles, le conseil en stratégie digitale et le growth hacking..
Vous avez un projet ? contact@devidia.net ou directement au 09 50 57 68 12.

RÉPONDRE

Laissez votre commentaire
Renseignez votre nom